100 000 morts
en 2 mois...
La bataille de Budapest
Au début de novembre 1944, le monde entier s'attend à la chute imminente de Budapest. Deux mois plus tôt, les armées de Tolboukhine et de Malinovski ont franchi la frontière hongroise. Disposant d'une énorme supériorité numérique, 160 divisions contre 43, elles ont refoulé devant elles les forces allemandes et hongroises et, à la fin d'octobre, elles bordent la Tisza et le Danube, tandis que leurs avant-gardes sont en vue de Budapest.
Mais, devant la résistance acharnée des Allemands et des Hongrois, il va falloir encore deux mois aux forces soviétiques pour franchir la Tisza et le Danube et lancer contre la capitale une offensive en tenaille. Toutefois, le 24 décembre, la ville est complètement investie. Alors va commencer, au soir de Noël, une des plus dures et sanglantes batailles de la guerre.
bataille de Budapest
1
Si la garnison était restée à Budapest, c'était pour une bonne raison : l'ordre formel de Hitler.
2
Au total, les forces germano-hongroises encerclées à Budapest atteignent près de 70 000 hommes.
3
Deux officiers tentent d'atteindre les lignes ennemies avec leur jeep munie du drapeau blanc mais leur mission se solde par un échec.
4
Il faut admettre que la ville ne sera enlevée que quartier par quartier, rue par rue, maison par maison
5
Il n'est toujours pas question de se rendre, bien qu'il n'y ait plus de nourriture, d'armement lourd et que les munitions deviennent rares
6
Quand les troupes germano-hongroises déclenchent leur tentative de percée, le 11 février, à 20 heures, elles sont accueillies par un tir d'artillerie infernal.
7
Il suffit de rappeler que 50 000 défenseurs sur 70 000 trouvèrent la mort.
soldat hongrois

Pfeffer-Wildenbruch
Pfeffer-Wildenbruch
Les unités encerclées à Budapest sont sous les ordres de ce général SS